Hello cher.e.s exploratrices et explorateurs, vous souhaitez faire du volontariat en Nouvelle-Zélande ? Dans la protection de la biodiversité ? Cela tombe bien, c’est très facile. Aujourd’hui je vous partage comment je suis devenu, le temps d’un été, soigneur animalier d’oiseaux endémiques et garde nature (les fameux Rangers), en partant de rien.

Pour commencer et en rassurer certains. Je n’avais aucune expérience dans le milieu de l’environnement et mon anglais était loin d’être fameux. Il est donc possible de trouver des missions sans rien y connaitre et sans être bilingue. N’est-ce pas merveilleux ?

I – Attention aux tours operators et aux associations frauduleuses.

Bien souvent quand on veut faire du volontariat à l’étranger on cherche en ligne. On tombe alors souvent sur des associations ou des sociétés qui vous proposent des voyages clés en mains, missions, logement, nourriture, transport tout compris. Un doux rêve ? Non.

Exemple typique : Vous voulez faire du bénévolat dans un refuge pour éléphant en Asie. On vous demande alors de payer divers frais (logement, repas, transports etc…). Cela semble légitime. Sauf que malheureusement, de plus en plus, il s’agit d’une arnaque incluant un traffic d’animaux. Les éléphants ont été arrachés à la vie sauvage et la structure n’est qu’une façade pour récupérer votre argent. Vous pensiez aider l’environnement ? Vous soutenez finalement ce que vous combattiez. Apparemment le même phénomène existe dans l’humanitaire où ils vont jusqu’à kidnapper des enfants…

Par chance il ne semble pas y avoir de cela en Nouvelle-Zélande… Ouf ! Attention le volontariat n’est cependant pas gratuit, en général vous devez gérer votre propre logement et nourriture. Mais ne vaut-il pas mieux venir vous immerger dans le pays plutôt que laisser un tour tout organiser ? Rassurez vous, trouver du volontariat par ses propres moyens est assez simple en ici. L’environnement a grand besoin de bénévole, un e-mail devrait suffire pour vous lancer dans l’aventure.

II – Soigneur animalier en centre de réhabilitation

Un soigneur animalier est quelqu’un qui s’occupe des besoins quotidiens des animaux. Une grande partie de son temps est consacré au nettoyage des cages et à la préparation de nourriture. Si vous pensez venir pour vous amuser avec les animaux vous allez être déçus, on passe le plus clair du temps à nettoyer du caca et à suivre des protocoles stricts pour que les animaux restent au calme et ne s’habituent pas à l’homme. Le soigneur animalier peut aussi être amené à assister le vétérinaire ou à prodiguer les petits soins : examens, bandages, injections, sonde de nourrissage, exercices de renforcements, pesées, suivi comportemental des animaux etc.

Il existe de nombreux centre de réhabilitation en Nouvelle Zélande. Allant du petit centre sans volontaire au gigantesque WildBase hospital avec des équipes salariées. Les missions que vous ferez peuvent être amenées à changer en fonction du centre. Par exemple, au WildBase, les volontaires ne font pas de soins. Vous trouverez la plupart des centres ici, sur le site du Réseau des centres de réhabilitation de la faune sauvage de Nouvelle Zélande mais vous en trouverez plein d’autres en tapant dans votre barre de recherche « Ville + Bird Rescue »

Pour devenir soigneur animalier rapidement et ne pas faire que du nettoyage, je vous donne les quelques pistes qui ont marché pour moi :

apprenez vos oiseaux néo-zélandais : si vous ne savez pas de quoi la personne parle quand elle vous dit d’aller nourrir le Kererū cela complique les choses. Il y a de nombreuses ressources en ligne mais voici un de mes articles qui vous présente les oiseaux les plus courant : 15 oiseaux de Nouvelle-Zélande faciles à observer
donnez du temps : la formation est longue, et ils ne prendront pas le temps d’apprendre les procédures à des gens qui ne sont que de passage. Même pour juste nettoyer les enclos. Dans le centre dans lequel je suis on parle de 3 mois en général, essayez au moins d’avoir deux matinées par semaine de libre. Personnellement j’y suis 5 matins par semaine, depuis 5 mois.
apprenez les premiers soins : quoi de mieux que de déjà connaître le fonctionnement de la réhabilitation et les premiers gestes de secours. Il s’agit d’une formation proposée en ligne par Learn Bird Care. Ils font aussi des workshops pour la pratique.
devenez membre du WReNNZ : Le WReNNZ est le réseau des centres de réhabilitations de la faune sauvage de Nouvelle-Zélande. Vous aurez accès à tout un tas de ressources et cela sera un gage de votre sérieux et votre soutien : WReNNZ

III – Garde nature dans les parcs, ranger.

La Nouvelle-Zélande est un pays qui possède de très nombreux parcs. Les missions de gardes sont très variées et peuvent être très spécialisées. Il existe des gardes qui s’occupent d’animaux de la ferme (farm ranger), ceux qui accueillent les gens dans les huts (hut ranger), ceux qui s’occupent des gens dans les campings (recreational ranger), ceux qui s’occupent de votre sécurité en randonnées (track ranger) et bien d’autres encore mais celui qui m’intéressait le plus c’était le conservation ranger.

Dans les parcs régionaux, qui dépendent des councils, il y a de nombreuses missions différentes au sein d’un même parc et vous pouvez toucher à tout ou choisir ce que vous souhaitez faire. Selon mon expérience, les parcs régionaux sont plus accessibles, plus nombreux (une vingtaine rien qu’à Auckland) et vous donnent une vision d’ensemble du métier. Dans les parcs nationaux, dépendant du Department of Conservation, les missions sont en général, bien plus ciblées.

Le conservation ranger est celui qui s’occupe de la protection de la biodiversité, cela inclue la faune et la flore. Beaucoup de travail concerne la régulation. Si vous ne connaissez pas encore cette problématique néo-zélandaise je vous conseille la lecture de cet article. Faut-il contrôler la biodiversité en Nouvelle-Zélande ? Mais vous avez aussi des missions d’études des populations, de mise en place de protections, de surveillances de site protégés, de plantations etc …

Pour faire du volontariat en tant que garde nature vous avez :
– le site du Department of Conservation, qui propose des missions diverses et variées, attention certaines sont très prisées et il y a de longues listes d’attente comme celle que j’ai fais sur Tiritiri Matangi Island. Les candidatures se font en ligne.
– les sites des councils, comme celui d’Auckland par exemple. Pour ma part, j’ai directement été voir le ranger du parc régional à côté de chez moi pour lui dire que je voulais faire du volontariat et j’ai commencé le lendemain.

Pour améliorer vos chances de réussite pour les missions du DOC ou même apprendre les problématiques de protection de l’environnement en Nouvelle-Zélande je vous conseille vivement les diverses formations gratuites du DOC et particulièrement celle sur la biosécurité et l’écologie animale. Enfin, certaines des plus belles missions, ne sont accessible qu’aux gens avec une très grande forme physique, pouvant marcher des heures avec 10kg sur le dos hors des sentiers battus par exemple. Si vous souhaitez vous remettre au sport c’est le bon moment.

Le petit conseil qui vaut de l’or : l’été (de novembre à février), les councils cherchent des gardes saisonniers (student rangers) pour épauler leurs équipes. Il y a beaucoup de demandes et peu d’élus mais c’est un merveilleux moyen de découvrir le metier. 3 mois de contrat, logés, formés et payé. Pour en savoir plus rendez vous sur l’espace carrière des councils : Council d’Auckland

Conclusion

Vous savez maintenant comment j’ai fais pour me lancer dans le volontariat. Mais ce ne sont pas les seules solutions. Il y a de nombreuses facettes à la protection de l’environnement et je n’en suis qu’au début de mon voyage. Je compte sur vous pour me partager vos expériences afin de faire vivre cet article tous ensemble. Bon voyage à toutes et à tous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s