Bienvenue à toutes et à tous. Je m’appelle Arthur, j’ai 30 ans et pour ceux qui ne me connaissent pas, je gravite dans le monde de la photographie professionnelle depuis 10 ans maintenant. D’abord sur Epinal pendant mes études, puis Toulouse ma ville natale et enfin, ces 5 dernières années, sur Paris, où j’ai exploré les grands plateaux photo. D’abord en tant que photographe dans la mode et la beauté coiffure pour des marques comme l’Oréal ou la Haute Coiffure Française, puis comme responsable technique du numérique sur les productions publicitaires haut de gamme pour Dior, Louis Vuitton, Chanel, Cartier, Van Cleef et tant d’autres.

J’ai commencé la photo par amour de la photographie, comme passion et passe temps. Puis il a fallu gagner sa vie et je me suis peu à peu hissé dans la photographie commerciale haut de gamme. Mais en fin de compte, quand on y réfléchit, tout cela ne me ressemblait pas. Je n’avais jamais rêvé de cela. Petit je rêvais d’être herpetologue, photographe animalier, biologiste …J’avais fini par me perdre. J’aimais faire mon métier bien sur, mais sa finalité a fini par me heurter. Heurté par la folie de ce milieu, qui continue à produire toujours plus d’images, à mettre des millions dans des campagnes instagram, à gaspiller sans cesse du temps, de l’argent et des compétences de gens talentueux pour vendre encore plus et toujours plus. Nous vivons une extinction de masse, les forêts brûlent, les océans meurent, et nous, qu’est-ce que nous faisons pendant ce temps là ?

J’ai toujours fais ce que je voulais, quittant l’école d’ingénieur pour la photo, changeant de ville ou de métier parce que je m’ennuyais ou que j’avais envie de voir autre chose. Cherchant toujours à répondre à cette fameuse question « Quoi faire de ma vie ? ». Être inquiet de ne pas trouver de réponses. J’allais de changement en changement, sans but. Cependant, cette fois-ci, quelque chose de différent s’est produit. J’ai commencé à me demander « Qui ai-je envie d’être ? ». Qui, en tant que personne. Qu’est ce que je veux défendre ? Quelles sont mes valeurs ? Quelles sont mes inspirations ? Qui sont les gens que j’admire ? Le qui a fait volé le quoi en éclat. Et finalement toute cette inquiétude sur le sens de ma vie s’est volatilisé. Je n’ai toujours pas de réponse au « quoi faire », mais bizarrement, cela n’a plus aucune importance. J’ai décidé d’aller d’aventures en aventures à la recherche de qui je voulais être. Dans l’idée j’aimerais prendre l’avion pour la dernière fois, et voyager en voilier, mais c’est peut être un peu fou.

En quête de sens et voulant désormais dédier ma vie à quelque chose d’utile et positif, j’ai tout quitté. Je n’ai actuellement aucune idée précise pour la suite mais cela ne me fait plus peur. Je veux découvrir de nouvelles façon de vivre, mettre la protection de l’environnement au centre de ma vie, retrouver des valeurs d’entraide, de bienveillance, de partage … En bref j’étais décidé, fini Paris, fini la pub, je pars.

Partir mais pour aller où ? Allez, soyons fous, allons jusqu’au bout du monde. Aotearoa, le Pays du Long Nuage Blanc. Ou plus connu sous le nom de : La Nouvelle-Zélande. Pourquoi la Nouvelle-Zélande ? Tout simplement parce que c’est un pays où la protection de la nature est au coeur des préoccupations et que j’avais le sentiment que, même sans aucune expérience dans le domaine, je pourrais être moi-même et que j’aurais ma chance là bas.

Aotearoa

Plus précisément, ma première étape est Waiheke. Waiheke est une petite île paradisiaque au large d’Auckland, connue pour ses plages et ses vignobles. Mais ce qui, moi, m’a interpellé, c’est que c’est une île où la nature y est omniprésente. Ayant visité l’île auparavant j’avais été subjugué par ses maisons encastrées au milieu des arbres, ses nombreuses plages encore sauvages, ses différentes petites réserves, Whakanewha son magnifique parc régional, et bien sur, sa faune endémique si différente et visible à chaque coins de rues. La photo si dessous a été prise quelques dizaines de minutes après mon arrivée. Voici, Waiheke.

Onetangi beach in Waiheke

Tout en ayant bien moins de mérite que les premiers explorateurs, il m’aura fallu tout de même quelques heures de train, une nuit à Paris, 22h30 de vol, une escale à Singapour, une nuit à Auckland, un bus et enfin un ferry pour rejoindre Waiheke. Un sacré trajet et un total de 56h pour environ 20083km.

C’est l’esprit encore embrumé après le voyage, qu’un cri tout droit sorti de Jurassik Park m’extirpe de ma première nuit. Quelque chose est en train de survoler la maison et si j’en crois mes oreilles , c’est un Pterodactyl. A peine le temps de sortir du lit que je le vois, posé dans l’arbre en face de la fenêtre. C’est un Kaka. Un gros perroquet Néo-zélandais. Un oiseau majestueux que l’on n’est censé croiser que rarement en Nouvelle-Zélande. Et il est là, à quelques mètres, me souhaitant la bienvenue.

C’était le premier réveil du reste de ma vie, sur cette île pleine de promesses.

Première rencontre avec un kaka

13 commentaires

  1. Bonjour Arthur je suis Marie-Jo la maman de Cécile et Marc. Nous nous sommes vus chez ta maman…. J’ai été très touchée par ton récit et pour avoir vu quelques photos de toi je ne doute pas que ton reportage, car finalement cela y ressemble, soit empli de belles émotions…. Tu nous a offert ton cheminement intérieur et cette belle remise en question finalement correspond à celle que nous allons tous devoir opérer pour une nouvelle hygiène de vie…. Alors Merci pour ce cadeau et je vais suivre avec intérêt ton exploration dans ce pays qui semble à bien des égards regorger de belles surprises. Belles découvertes à toi. Bises Marie-Jo

    1. Merci Marie-Jo, c’est vrai que cela résonne particulièrement avec la période que l’on est en train de vivre. J’espère vous montrer encore plein de belles choses 🙂

  2. La question principale que tout être humain devrait se poser dès son plus jeune âge…. et même, qui devrait être posée sur les bancs de l’école ! Qui suis je réellement ? Comment vivre en accord avec moi même ? Je connaissais tes photos par ta maman…. Je découvre ta plume par ce début de récit…. Et j’ai maintenant envie de découvrir la suite !

  3. Cest une grande joie pour moi de lire ces mots. Nous nous sommes croisés à Paris sur un show j’étais avec Laurent Micas. La liberté de faire ses choix n’a pas de prix. J’ai moi aussi choisi ce chemin de liberté il y des années mais pas dans le voyage. Bravo pour cette décision. Je vais suivre ton blog. Hâte d’avoir de tes nouvelles. Bises Muriel

  4. Belle âme, choix courageux et une écriture soignée: bravo ta maman peut être fière de toi (je la connais un peu… 😉

  5. Bonjour Arthur, on s’est croisés il y a des années sur des tatamis d’aïkido au cours de Gabriel. Je trouve que tes photos sont magnifiques et ton parcours très inspirant. Bravo à toi de faire ce que tu as envie au fond de toi. Tu continues l’aïkido ?

    1. Bonjour Olivier, oui je me souviens ! Merci pour tes mots, j’espère que tout va bien pour toi. J’ai arrêté l’Aïkido ces dernières années mais la philosophie continue à me suivre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s